Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Deux types d’orthoplastie : correctrice et protectrice

Deux types d’orthoplastie : correctrice et protectrice

Le 24 février 2017
Deux types d’orthoplastie : correctrice et protectrice
Préconisée pour traiter déformations des pieds et chevauchements d'orteils, l'orthoplastie se présente sous plusieurs formes. Laquelle est faite pour vous ? La réponse est juste ici !

En plus d’être victimes d’une posture inadéquate ou de chaussures trop serrées, nos pieds peuvent aussi souffrir de déformations.

Lors d’une consultation – en cabinet ou à domicile sur Izon, Saint-Loubès, Ambarès-et-Lagrave et leurs alentours -, Mathieu GRAVE vous apporte la meilleure solution pour venir à bout de cette malformation si dérangeante. Votre podologue à Saint-Sulpice-et-Cameyrac pourra, notamment, vous orienter vers l’orthoplastie.

L’orthoplastie, c’est quoi au juste ?

Il s’agit d’orthèses d’orteils vouées à traiter déformations et chevauchements. Créées sur-mesure, elles sont aussi amovibles, de quoi s’adapter parfaitement à la pathologie concernée tout en assurant un certain confort.

Nos pieds, ces souffre-douleur

Nos pieds peuvent présenter plusieurs affections : une malformation, un frottement trop important entre deux orteils, un chevauchement d’orteils et d’autres troubles (orteil en marteau, œil de perdrix, durillons…). Quoi qu’il en soit, la solution se trouve peut-être dans l’orthoplastie.

En rendez-vous, Mathieu GRAVE, podologue à Saint-Sulpice-et-Cameyrac, procède à un examen minutieux en vue d’évaluer le type et la gravité de la déformation ainsi que l’intensité de la douleur qu’elle cause. Au terme de cette analyse, il lui sera possible de déterminer s’il est possible ou non de recourir à des orthèses.

Quelles contre-indications ?

Malgré ses bienfaits incontestables, l’orthoplastie est tout de même soumise à quelques restrictions. Ainsi œdèmes, ongles incarnés et eczéma devront être traités en amont. Les diabétiques et les patients atteints d’artérite devront, quant à eux, faire appel à un spécialiste pour entrevoir les options envisageables.

Qu’il s’agisse de soigner un hallux valgus (oignon), un cor ou une malformation du pied, ces orthèses se doivent d’être constituées d’un matériau à la fois souple et résistant : l’élastomère de silicone. Ce dernier présente en effet de bonnes dispositions pour résister aux déchirures et corriger l’affection sans vous gêner. Pour être complètement efficace, votre podologue à Saint-Sulpice-et-Cameyrac aura à définir la densité idéale de matière au regard de la difformité observée.

Une opération à vos frais

Bon à savoir, ces orthèses ne font pas l’objet de prescriptions médicales, elles ne sont donc pas prises en charge par la Sécurité sociale ! N’hésitez pas à vous renseigner davantage sur les dépenses à engager avant l’intervention.

Deux actions : réparer ou soulager

Selon les caractéristiques de la lésion, votre podologue à Saint-Sulpice-et-Cameyrac peut envisager l’utilisation d’orthèses d’orteils aux missions diverses.

Orthoplastie correctrice

Quand une articulation déformée peut retrouver sa position physiologique, on dit qu’elle est réductible. Dans ce cas de figure, une orthèse correctrice peut éventuellement recommandée afin de limiter les conséquences de la malformation.

En matériau rigide, ce dispositif réduit progressivement les douleurs ou les enraidissements articulaires comme les griffes d’orteils ou les hallux valgus. Pour plus de résultat, votre podologue à Saint-Sulpice-et-Cameyrac vous conseillera peut-être l’utilisation de contentions nocturnes.

Orthoplastie protectrice

Comme leur nom l’indique, ces orthèses ont pour vocation de « protéger » et de réduire les douleurs occasionnées par les frottements répétés de la chaussure, du sol ou des orteils entre eux. Cette méthode repositionne l’orteil de manière à décharger la zone touchée de ses pressions extérieures.

En général, son action est plutôt réservée aux articulations peu ou non réductibles. Bien que le problème ne puisse pas être soigné définitivement, cette solution donne lieu à un véritable soulagement, notamment en cas d’hyperkératose (cors, durillons) ou d’irritations cutanées.